[Le saviez-vous ? Mens]

La découverte de l’histoire de Mens.

Mens constitue un point central de la Résistance du Trièves : de nombreux maquisards en sont originaires. Les civils résistent également en cachant des juifs sous de fausses identités fournies par le Maire de Mens, Edouard Arnaud, la secrétaire de Maire ou l’Instituteur, Elysée Payant. Le Pasteur Gothié participait également activement à ce « réseau », en dirigeant les juifs, envoyés à Mens par la paroisse de Grenoble, dans des lieux de refuges.

 

[Le saviez-vous ? L’Armée Secrète]

La découverte d’une organisation de la Résistance : l’Armée Secrète (AS).

En 1942 une armée secrète unique est formée afin de fédérer tous les mouvements paramilitaires de Résistance de la zone sud. Le général de Gaulle nomme le général Delestraint au commandement de l’AS. Ce dernier organise la Résistance en zone sud en créant des commandements régionaux et départementaux unifiés. L’Isère, comme l’ensemble du territoire, est alors découpée en sept secteurs : le Trièves est le secteur IV.

En 1944, l’AS est rattachée aux  Forces françaises de l’intérieur (FFI).

 

 

[Le saviez-vous ? Jacques Molé]

 La découverte du chef civil du Trièves : Jacques Molé.

Venu de Lyon à l’été 1943 pour fuir le Service du travail obligatoire, il s’installe à la cure de Roissard et devient le chef civil du secteur IV, alors qu’il n’a que 21 ans. Il organise la Résistance dans le Trièves et crée des groupes sédentaires de résistants civils mobilisables à la demande.

Arrêté par la milice le 1er mai 1944, il est emmené et torturé à Saint-Martin-d’Uriage, mais ne parle pas. Le 6 mai, il est envoyé à Lyon. Il tente de s’échapper, mais est abattu par une rafale de mitraillette.

 

 [Le saviez-vous ? Le 8e bataillon FTP]

La découverte d’un bataillon de combat du Trièves : le 8e bataillon Francs-tireurs et partisans.

Officiellement créé le 6 mai 1944, il a pour origine la cellule du Parti communiste français clandestin de Vif. Les résistants contrôlent principalement l’axe de communication ferroviaire nord-sud reliant Grenoble à Veynes et la route national 75, de Grenoble à Sisteron, et sabotent la voie ferrée entre Vif et La Cluse. Situé initialement à la ferme des Vincents à Prélenfrey-du-Gua, le camp est déplacé suite à l’attaque de la ferme par les Allemands le 20 juillet 1944. Après la dispersion, le camp se reforme à Notre-Dame-de-Commiers, puis à La Merlière.

 

[Le saviez-vous ? Le garde forestier Tref]

La découverte du parcours d’un civil dans la Résistance : Jean-Marie Tref, garde forestier à Tréminis.

Jean-Marie Tref et sa femme soutiennent activement le maquis de Tréminis.

Le 19 octobre 1943, à l’aube, un détachement allemand bien renseigné impose à M. Tref de les mener au « camp Rozan ». Il fait mine d’accepter mais les conduit dans des sentiers qui les éloignent du maquis. Grâce au temps précieux gagné par M. Tref, le camp est désert lorsque les Allemands arrivent au lever du jour.

Déporté en 1943, Jean-Marie Tref meurt peu après sa libération en 1945.

 

[Le saviez-vous ? Alice Salomon]

La découverte du parcours d’une lycéenne dans la Résistance : Alice Salomon.

Alice Salomon rejoint la Résistance alors qu’elle est encore lycéenne. Marie Reynoard, sa professeure de lettres au lycée Stendhal, dirige la section départementale du mouvement de Résistance Combat. Voyant la détermination de la jeune fille, elle lui permet de s’engager activement dans le réseau. Alice devient alors agent de liaison pour Combat à l’âge de 15 ans et sillonne le Trièves à vélo pour transmettre des informations confidentielles.

 

[Le saviez-vous ? La répression contre le Vercors]

La découverte de la répression menée contre le Vercors.

Le plan « Bettina » est lancé le 20 juillet 1944 par le général Karl Pflaum, commandant de la 157e division de montagne de réserve. C’est la plus importante opération menée par la Wehrmacht contre un maq is en Europe occidentale. Quatre bataillons de chasseurs de montagne, deux bataillons de grenadiers, appuyés par l’artillerie de montagne et par une escadrille de la Luftwaffe attaquent au sol. D’autres troupes bouclent le massif en contrebas. Plus de huit cents personnes sont tuées : le bilan est terrible pour la Résistance et pour les habitants du massif.

 

 

[Le saviez-vous ? La libération du secteur IV]

La découverte d’un épisode de la Libération : l’arrivée des Alliés dans le Trièves.

Une partie des troupes Alliées débarquée en Provence le 15 août 1944 emprunte la vallée du Rhône jusqu’à Lyon, tandis que l’autre remonte la route Napoléon et entre dans le Trièves par le village de Lalley. L’avant-garde américaine est guidée sur la nationale 75 par la Résistance jusqu’à Pont-de-Claix. La nuit du 20 août 1944, le commando aborde Monestier-de-Clermont où seuls quelques coups de feu sont échangés avec l’ennemi, avant que ce dernier ne fasse demi-tour.