Albert Reynier et la Compagnie Stéphane

 

Le Monument du maquisard, situé au col du Lautaret en Belledonne, a été sculpté par Jacques Bertoux, ancien résistant de la Compagnie Stéphane. Inauguré en 1946 en présence d’Albert Reynier « Vauban », préfet de l’Isère à la Libération, il est le lieu symbolique qui rappelle l’action des maquis du Grésivaudan. Membre du mouvement Combat et chef départemental de l’Armée secrète à partir de 1943, « Vauban » se réfugie dans le Grésivaudan en novembre après avoir échappé de peu à la Saint-Barthélemy grenobloise. Il est alors nommé commandant du secteur VI de l’Isère (Belledonne-Grésivaudan), qu’il dirige avec l’appui de Alphonse Manhaudier « Évreux », chargé par les Mouvements unis de la Résistance d’assurer l’intendance des maquis.

 

Sur la commune de Laval, à quelques mètres seulement, un monument rend hommage à l’emblématique Compagnie Stéphane. En octobre 1943, Étienne Poitau « Stéphane », militaire de formation, créé dans le massif de la Chartreuse un groupe de Résistance composé de jeunes qui fuient le Service du travail obligatoire (STO), de membres de l'organisation Jeunesse et Montagne et du chantier de jeunesse de Belledonne. Le 7 février 1944, le groupe quitte la Chartreuse pour Belledonne. Il est investi le 2 mai par de Reyniès, chef de l’Armée secrète de l’Isère, au col des Mouilles et devient la Compagnie Stéphane. Le 11 mai 1944, aux Adrets, la nomination des grades par « Vauban » scelle définitivement le caractère militaire du groupe dont l'insigne est une étoile verte. Elle compte jusqu'à 136 hommes répartis en neuf groupes et sera à l’origine de très nombreuses actions armées contre l’occupant, opérant ainsi une véritable « guérilla de montagne ». Après la Libération de l’Isère, la compagnie participe à la campagne de Maurienne durant l’hiver 1944-1945 au sein du 15e bataillon de chasseurs alpins.

 

 

Légende photo : Monument du maquisard