Les éditions précédentes

L'édition 2020-2021 dans le Nord-Isère

Découpage des secteurs de l’Armée secrète de l’Isère, 1944, coll. Musée de la Résistance et de la Déportation - Département de l’Isère

Le Nord-Isère s’étend de la région lyonnaise à La Tour-du-Pin. Par sa situation géographique, le territoire est plutôt tourné vers Lyon, berceau des trois grands mouvements de Résistance de la zone sud : Combat, Libération-Sud et Franc-Tireur. Du fait de cette proximité, ces mouvements s’implantent rapidement dans le Nord-Isère.  

  • Bourgoin-Jallieu
    En novembre 1942, 150 Allemands s’installent à Bourgoin et Jallieu (qui seront fusionnées en 1967). L’occupation pèse lourdement sur la population. Mais paradoxalement, elle craint moins les soldats de la Wehrmacht que la Milice française, davantage imprégnée des idées nationales socialistes et qui procède avec zèle à des actions violentes contre la Résistance du secteur 7. Bourgoin-Jallieu devient un haut lieu de Résistance : Ménie « Yvette » et Joseph Fracassetty « Remy », Claude Chary « Cordier » et Marcel Bonnet, habitants de Bourgoin, se réunissent pour la première fois en février 1941 au café des Marronniers pour constituer un premier groupe de Résistance, en lien avec le mouvement Libération-Sud de Lyon. Certains postiers de Bourgoin  ou des membres du personnel de la SNCF feront également partis du combat. Les 22 et 23 août 1944 seront des jours décisifs pour la Libération.
  • Crémieu : l'un des berceaux de la Résistance nord-iséroise.
    Marcel Petit « Raoul » est une des figures majeures de l’organisation de la Résistance du Nord-Isère. Agent des PTT, il est mobilisé en 1939 et servira dans l’armée d’Armistice du régime de Vichy. À sa dissolution en 1942, il s’engage dans la Résistance au sein du NAP-PTT créé par le mouvement Combat. Dès lors, il recrute des personnes autour de Crémieu et entre en contact avec les figures de la Résistance de Bourgoin. Raoul intercepte également certaines communications afin de transmettre des informations aux mouvements de la Résistance lyonnaise. Il met aussi en place des maquis cachettes et repère des terrains pour de futurs parachutages. Arrêté en 1943, il reprend contact avec la Résistance à sa libération. Il rejoint ensuite les Forces françaises de l’intérieur où il est nommé capitaine de janvier à mars 1944. Raoul est arrêté une seconde fois le 28 mars 1944 dans la ferme des Thievon, aux abords de Lagnieu dans l’Ain. Incarcéré à la prison de Montluc à Lyon, il est torturé puis déporté en Allemagne. Rapatrié en juillet 1945, il décède en septembre suite aux mauvais traitements qu’il a subis. La Légion d’honneur lui est attribuée à titre posthume en 1960.
  • Le château de Virieu.
    Après s'être distingué pour de nombreux faits d'armes lors de la Première Guerre mondiale,le marquis Xavier de Virieu prend part à la campagne de France en 1940 en tant que chef d’escadron. Il est fait prisonnier avant d’être relâché à cause de son état de santé. À son retour, avec son épouse Marie-Françoise, ils acceptent de camoufler du matériel et des armes dans leur château à Virieu, puis, entre 1942 et 1943, cache deux familles juives. Ils sont dénoncés à l'été 1943 et contraints de quitter le château, avec l’aide des Sœurs de Notre-Dame-de-Sion. Ils se réfugient alors dans l'Ain, puis dans le Trièves, à Chichilianne. De la Libération à 1946, Xavier de Virieu est désigné par le général de Lattre de Tassigny pour diriger la troisième école d’Uriage consacrée à la formation des Forces françaises de l’intérieur.
  • La Tour-du-Pin
    Si certains sont relâchés, treize sont envoyés au camp de Compiègne d’où ils sont déportés jusqu’au camp de Neuengamme le 4 juin. Seules sept personnes reviennent de déportation. Les Juifs sont quant à eux transférés à Drancy avant d’être déportés à Auschwitz-Birkenau d’où aucun ne revient. Le 16 mai 1944, quarante personnes sont prises en otage et transportées à Grenoble en représailles aux opérations menées par des maquisards.
    D’abord rattachée au secteur 2 Chartreuse en 1943, la Tour-du-Pin rejoint le secteur 7 en 1944 suite à la réorganisation opérée par Auguste Vistel « Alban ». Le secteur est alors sous le commandement de Marius Recordier « Bastian ».
    En 1942 et 1943, des Turripinois bravent les interdictions de Vichy, puis des Allemands, et fêtent le 14 juillet. Le 13 juillet 1943, « Bastian » et son groupe accrochent des drapeaux tricolores au sommet des plus hauts sapins du cimetière de la ville pour qu’ils soient visibles le jour de la fête nationale.Le 10 mai 1944, plusieurs centaines de soldats de la Wehrmacht  opèrent une action de répression contre la ville afin de trouver des résistants et des Juifs.

L'édition 2019 dans le Grésivaudan

Site Allevard
Située entre les massifs de la Chartreuse et de Belledonne, la vallée du Grésivaudan est un axe de circulation majeur et un site important pour l’industrie. C’est un territoire stratégique durant la Seconde Guerre mondiale, tant pour l’occupant que pour les résistants. Sa géographie alpine est propice au développement de maquis et de compagnies mobiles. Dès l’annonce de l’Armistice en 1940, des hommes et des femmes commencent à résister dans le Grésivaudan : ils retransmettent les nouvelles de la radio de Londres, cachent des Juifs ou encore des armes. À partir de 1943, la Résistance armée se structure sur le territoire permettant, à l’été 1944, une capacité d’action sans pareille en Isère. Avec l’aide des résistants, le secteur est libéré le 24 août 1944, deux jours après Grenoble.

 

Les lieux emblématiques

  • Le monument du maquisard et la compagnie Stéphane : symbole de la mémoire des maquis du Grésivaudan. Il a été sculpté par Jacques Bertoux, ancien résistant de la compagnie Stéphane et inauguré en 1946.
  • La compagnie Bernard, les maquis de Theys et des Sept-Laux : compagnie fondée par Georges Manusset "Bernard" en 1943, elle rejoint Belledonne la même année puis les Sept-Laux l'année suivant, suite à une dénonciation. Elle participe à la Libération en combattant à  Vizille puis dans les Hautes-Alpes et en Italie.
  • Mimi Mingat-Lerme symbole de la Résistance à Domène : secrétaire de mairie à Domène, "Mimi" produit de faux papiers. Elle accueille des Juifs dans sa maison. Le titre de "Juste parmi les nations" lui est attirbuée le 14 mars 1983.
  • Le centre de séjour surveillé de fort-Barraux : le fort devient, en juillet 1940, un centre de séjour surveillé réservé aux "indésirables français". À partir de 1942, des Juifs étrangers y sont internés.

L'édition 2018 dans le Trièves

Mont Aiguille

Le Trièves est une forteresse naturelle qui devient un refuge pour la Résistance à l’été 1943. Les différents « pas », donnant accès au plateau du Vercors, encouragent l’installation de maquis. Lieu de passage de l’axe de communication ferroviaire nord-sud, il s’agit également d’un emplacement militairement stratégique pour surveiller et saboter les circulations ennemies. Malgré la répression menée par les troupes allemandes en juillet 1944, la Résistance fait front jusqu’à l’arrivée des Alliés en août. Avec l’aide des résistants, le secteur est libéré le 20 août, deux jours avant Grenoble.

Les lieux emblématiques

  • Le préventorium les Tilleuls - Prélenfrey-du-Gua : fondé en 1936, le préventorium accueille des enfants atteints de la tuberculose. Pendant la guerre, les Gaudi cachent des enfants juifs sous de fausses identités. Au total, une cinquentaine de juifs échappent à l'occupant.
  • Le Pas de l'Aiguille - Chichilianne : à l'été 1944, vingt-cinq maquisards chargés de protéger le Pas de l'Aiguille sont attaqués par les Allemands. Ils se réfugient dans une grotte et sont assiégés par les ennemis. Malgré les balles, les dix-huit maquisards restants réussissent à s'enfuir.
  • Le monastère de l'Esparron - Le Percy : en 1940, l'établissement est occupé par des garçons se consacrant à l'exploitation forestière dans le cadre des Chantiers de jeunesse. Lors de la fermeture en 1943, le monastère devient un refuge pour la Résistance. Le monastère est incendié par les Allemands en 1944.
  • Les maquis - Tréminis : le premier maquis créé par Jean-Claude Rozan en 1943 dit "camp Rozan" est établi aux Fontettes. La même année, le "camp des Théologiens" formé par des étudiants protestants en théologie s'installe à La Sagne. Le maquis installé à Fontettes est attaqué en octobre 1943 après une dénonciation.

L'édition 2017 dans les Chambaran

Carte postale ancienne de Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs © Musée Dauphinois

Si une Résistance intellectuelle débute en 1942 dans les Chambaran, au travers d’actions de tractage puis de renseignement, elle se structure au début de 1943 grâce à l’unification des mouvements de Résistance. Avec l’arrivée des troupes allemandes en Isère en septembre 1943, les opérations de répression s’intensifient et fragilisent les résistants. En réaction, des opérations de commandos sont menées à l’été 1944 par le bataillon de Chambaran, qui achève aux portes de Lyon, la libération de l’Isère avant de poursuivre le combat dans l’armée de Libération.

Les lieux emblématiques

  • Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs : lieu de naissance de Rose Valland, figure emblématique de la Résistance civile. Attachée de conservation au Musée du Jeu de Paume à Paris, elle est témoin, dès 1940, du pillage d'oeuvres d'art organisé par les nazis.Nommée capitaine de l'armée française en Allemagne en 1945, elle participe au rapatriement de 60 000 oeuvres dérobés.
  • Le château de Murinais : M. Saint Rémy de Pélissier, propriétaire du château, accueille d'anciens de l'Ecole des cadres d'Uriage fermée fin 1942. Une résistance intellectuelle s'organise mais en décembre 1943, le château est attaqué et brûlé par les Allemands.
  • Morette : Yves Farge, journaliste au Progrès de Lyon, collabore aux premiers journaux de la Résistance et participe à la création du mouvement Franc-Tireur. C'est à Morette  qu'il se réfugie avec pour mission d'unifier la Résistance et de mettre en place un réseau d'opérateurs radio. Il est désigné, en 1944, commissaire de la République pour la région Rhône-Alpes.
  • La Forteresse : Yves Farge choisit, en 1943, La Forteresse, petit village perché, comme poste émetteur clandestin vers lequel convergent des informations venues de tout le département.

L'édition 2016 à Grenoble

Libération de Grenoble de la prison de Saint-Joseph © MRDI

Les lieux emblématiques

  • La Caserne de Bonne, c’est toute une histoire ! Lieu de casernement, occupée successivement par les Italiens puis les Allemands entre 1942 et 1944, son explosion est l’une des actions emblématiques de la Résistance.
  • Le 65, avenue Alsace-Lorraine, adresse du café Le Comptoir Lyonnais, devient le point de rencontres des « patriotes » hostiles au régime de Vichy.
  • Siège de la Milice française. Créée le 30 janvier 1943, la Milice est le fer de lance de la Collaboration. Son rôle est de réaliser la « Révolution nationale », y compris par le maintien de l’ordre. En son sein, est créée une formation militaire et armée, la Franc Garde, dont le but est de lutter contre les ennemis de Vichy. Elle est installée au 6, place Victor-Hugo.
  • Centre de propagande pour la Révolution nationale. Fondée sur la devise « Travail, Famille, Patrie », la Révolution nationale met l’accent sur le retour à une société traditionnelle, patriarcale et hiérarchisée où règne l’ordre moral. Le centre est situé à l’angle de la rue Docteur-Mazet et de la place Victor-HugoNapoléon n’est pas le seul à s’être arrêté à l’Auberge qui porte son nom, c’est aussi QG des Américains à compter du 22 août 1944.
  • Sous l’Occupation, le couvent Sainte-Marie d’en Haut, actuel Musée dauphinois, grâce à ses dédales, devient un lieu idéal pour cacher des armes et des documents clandestins.
  • Au 42, rue Bizanet vit Isaac Schneersohn, qui fonde, en 1943, un centre de documentation qui donnera naissance au Mémorial de la Shoah à Paris.
  • Lieu incontournable pour découvrir l’histoire de la Seconde Guerre en Isère, le Musée de la Résistance et de la Déportation.
  • Amis de combat, Paul Vallier et Jean Bocq ont mené des attaques plus audacieuses les unes que les autres et ont aujourd’hui leurs rues côte-à-côte.
  • Grenoble obtient en novembre 1944 la distinction de commune Compagnon de la Libération et c’est en cet honneur qu’a été nommée ainsi la grande esplanade parc Paul-Mistral.

L'édition 2015 à Grenoble

Quai de Grenoble à la Libération

Les lieux emblématiques

  • Le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, 14 rue Hébert 
  • Le domicile d'Isaac Schneersohn (fondateur du Centre de documentation juive contemporaine), 42 rue Bizanet
  • La caserne de Bonne, 48 boulevard Gambetta
  • Square des fusillés, cours Berriat
  • Esplanade des Communes Compagnons de la Libération, parc Paul-Mistral
  • Place de la Résistance